Troubles musculo-squelettiques

TROUBLES MUSCULO SQUELETTIQUES

La première maladie professionnelle de France en chiffres:

Une grande partie de la population française a souffert, souffre ou va souffrir des troubles musculo squelettiques et ce, de plus en plus jeune !

Une mauvaise posture, un effort inadapté, un poste de travail mal conçu et le stress sont autant de causes de douleurs. Même bénignes, celles-ci sont suffisamment lancinantes et pénibles pour nous nuire temporairement ou définitivement.

Toutes les catégories socio- professionnelles, de l’industrie au BTP en passant par l’agriculture, le commerce et le secteur sanitaire et social sont touchées.

Les cas de TMS[1] constatés en 2013 ont engendré la perte de 9,7 millions de journées de travail et ont coûté plus d’1,5 milliard d’euros. Ces pertes ont été couvertes par les cotisations des entreprises pour les actifs du régime général.

Le coût moyen d’un cas de troubles musculo squelettiques est de 20 000 € pour un salarié du régime général, soient 40% du coût total des maladies professionnelles (avec ou sans arrêt de travail)[2].

Les causes :

Depuis les années 80, les enquêtes de l’ANACT[3], en partenariat avec les entreprises, ont mis en évidence le rôle de l’environnement physique (vibration, bruit, thermie) et l’effet des contraintes liées à l’organisation et à la conception du poste de travail (horaires, cadences, ergonomie, normes de production, répartition des tâches,…) dans l’apparition de troubles ostéo-musculaires.

Les gestes professionnels (mouvements répétitifs, postures inadaptées, attention prolongée,…) sont également des facteurs de charge physique et mentale importants pour les travailleurs.

Tous ces facteurs favorisent ainsi le développement de tendinites, contractures musculaires et diaphragmatiques, douleurs articulaires, lombalgiques et cervicales avec comme corollaire l’apparition de troubles du sommeil, de la digestion et de l’irritabilité.

Le personnel sédentaire n’est pas épargné par les symptômes des TMS qui limiteront petit à petit l’amplitude des mouvements et augmenteront la sensation de fatigue physique et psychique de l’homme tant dans sa vie professionnelle que personnelle.

Les risques :

L’usure physique pourra faire place à la sensation d’usure psychique qui petit à petit pourra se transformer en burn out[4] ou bore out et se cristalliser par un arrêt de travail longue durée.

Ces troubles musculo squelettiques peuvent augmenter le risque d’accident du travail ainsi que le coût lié à un absentéisme ponctuel auquel le travailleur, pourtant investi, pourra avoir recours pour faire face à ces douleurs lancinantes. Le risque pour l’entreprise comme pour le salarié est la potentialité d’une reconnaissance temporaire ou définitive pour inaptitude au poste de travail.

Les solutions :

Pour diminuer l’impact de la situation de travail sur le personnel, AKORD64 propose différentes actions individuelles ou collectives d’une durée et de fréquence variables.

Nous proposons de la Sophrologie, du Taïchi Chuan, du Qi Gong, des programmes spécifiques d’ergonomie posturale et de relâchement corporel adaptés aux différents métiers, allant du BTP au travail sédentaire en passant par le sanitaire et social, l’industrie, le commerce et les métiers de la route (chauffeurs routiers ou de bus).

Leur objectif est de favoriser la protection de l’intégrité physique et psychologique, permettant ainsi :

  • D’améliorer les capacités cognitives.
  • De mettre le stress quotidien à distance.
  • De favoriser la concentration.
  • De développer la mémorisation.
  • De réduire les effets des troubles musculo squelettiques existants.
  • De prévenir l’apparition et/ou l’aggravation des troubles musculo squelettiques.
  • D’améliorer la digestion, le sommeil et l’équilibre physico-psychique général.
  • De réduire le risque d’accidents et d’inaptitudes temporaires ou définitives.

Organisation envisageable :

Ces activités peuvent se faire avant la prise de poste, à la pause déjeuner, lors de séminaire ou après le travail en position assise ou debout. Afin de favoriser l’adhésion du personnel et l’intégration des mouvements réparateurs, il est opportun d’effectuer ce type d’action sur une durée de plusieurs mois, sur site ou en nos locaux.

[1] Diminutif du terme troubles musculo squelettiques.

[2] Source CARSAT et CNAMTS

[3] L’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail.

[4] Cf article d’Akord 64 sur le burn out.