SYNDROME DE STRESS INFORMATIQUE

SYNDROME DE STRESS INFORMATIQUE AU TRAVAIL

 

Son Origine : l’informatique, un enfer pavé de bonnes intentions :

Il y a 30 ans, l’informatique faisait ses premiers pas aux cotés de l’Homme en tant qu’outil tout public. Avec l’apparition des ordinateurs, des fax, puis des smartphones et des tablettes tactiles, les nouvelles technologies se sont très (trop ?) rapidement développées pour devenir en moins d’un quart de siècle un outil vital dans notre société.

Les ingénieurs et programmeurs ont axé leurs recherches avant tout sur l’amélioration des performances des équipements (Microprocesseurs, capacités de stockage, rapidité d’exécution, amélioration graphique, portabilité…). Même si leur but était louable, cette course effrénée à la performance nous a poussés, nous utilisateurs, à suivre la même courbe d’évolution. Seul problème, l’homme évolue certes mais pas à une vitesse exponentielle comme notre technologie.

Nous nous sommes donc rapidement retrouvés dans une situation où nous avons été dépassés par notre technologie. Aujourd’hui 94% des travailleurs (ou personnes en recherche d’emplois) dépendent de l’informatique. Plusieurs études démontrent[1] que près de 64% des personnes interrogées font état de nombreuses heures perdues pour cause de pannes informatiques au cours de l’année écoulée. Parmi celles-ci 40% évoquent même des pertes de données nécessitant des jours de travail en plus.

Le Docteur Murray Feingold, nous définit ce qu’il a identifié comme le « Syndrome de stress informatique » : « Quand ils (les ordinateurs) fonctionnent bien, ils sont formidables. Mais quand quelque chose ne va pas, nous paniquons tout de suite – c’est ce que j’appelle le syndrome du stress informatique« .

Ses effets : quand l’informatique dérape :

Toujours selon les mêmes études, Les causes principales de Syndromes de stress informatique  sont les ralentissements voire plantages du système (51 %), la lenteur au démarrage (36 %), les infections par des virus (16 %), l’impossibilité de se connecter à Internet (15%), ou un WiFi instable (14%). En effet un ordinateur qui « plante » retarde  une personne dans son travail, mais peut aussi dans de nombreux cas, immobiliser entièrement la société si la panne a lieux sur un maillon clé de la chaîne de transmission d’informations.

Cette informatique mal maîtrisée car de plus en plus complexe, cumulée à notre volonté ou nécessité d’être joignable en permanence ont un effet désastreux en cas de dysfonctionnement (irritabilité, démotivation, surcharge de travail,…). La plupart des gens ne se rendent pas compte à quel point le travail informatisé peut être « la situation idéale » de cumul des facteurs stressants.

Réduire le stress lié à l’informatique :

Nombreuses sont les personnes qui tentent de régler le problème eux-mêmes avant de faire appel à un professionnel ou se contentent d’utiliser la méthode de Neandertal : « je débranche, je rebranche et je recommence tout ». Il faut savoir que dans près de 50% des cas de mal fonction, le problème se situe entre la chaise et le clavier. Une fois sur deux un bug survient lorsqu’un utilisateur fait une manipulation considérée comme contre nature par le logiciel. Un ordinateur ne pourra exécuter que des tâches dont il connait la signification. En cas d’ordre incompris, il va tenter de le faire indéfiniment et c’est ce qui provoque le plantage.

Beaucoup d’articles et de thèses en concluent qu’une majeure partie du stress pourrait être évitée si les développeurs et les professionnels de l’informatique se souciaient de l’utilisateur final lors de la conception du logiciel.

Je ne suis pas de cet avis. Les développeurs font en sorte qu’une série de 0 et de 1 permettent à un individu de faire numériquement quasiment tout ce qu’il pourrait faire manuellement (dessiner, écrire, jouer, créer,…). Je pense que le problème vient du manque de formation des gens quant à la bonne utilisation des nouvelles technologies.

Il existe des centaines de petites solutions qui, si elles étaient connues du grand public, permettraient de prévenir et/ou de résoudre la moitié des problèmes rencontrés par les utilisateurs.

Un audit des pratiques informatiques pourra être proposé par l’association AKORD64 dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux, avec en complément une action de formation. Cette formation aura pour objectif d’aider votre personnel dans ses difficultés quotidiennes.

 

Jérémy Prévost
Chargé de mission et développement
Consultant informatique
Tel : 06.50.59.41.38

[1] Etude du Dr Murray Feingold publiée sur le site du Chief Marketing Officer Council (CMOC) – 04/2010